Avant propos

Dans cet article, nous évoquerons Séville d’un point de vue totalement subjectif. Il y aura tout de même dans un premier temps une description de la ville, de son environnement géographique ainsi que patrimonial. Puis dans un second temps un avis personnel sur Séville ainsi que les bons plans qui l’accompagnent.

Étymologie, situation géographique, historicité ..

Séville (en espagnol : Sevilla) est une ville du Sud de l’Espagne, capitale de la province de Séville, se situant en Andalousie.

Quatrième ville du pays peuplée de 700 169 habitants en , située au centre d’une riche région agricole, traversée par le Guadalquivir et connectée à un important réseau de communication, la cité est le cœur économique, politique et culturel de l’Andalousie, et constitue l’une des plus importantes villes du pays mais aussi de l’Europe du Sud.

Guadalquivir

C’est également une ville au passé prestigieux, dotée d’un patrimoine artistique d’une immense richesse, ce qui en fait une des destinations touristiques les plus prisées d’Europe et l’auréole d’un certain prestige. Ses monuments, les nombreux artistes qui y sont nés ou y ont œuvré, son histoire glorieuse, ses fêtes traditionnelles, mais aussi son climat, ont contribué à sa renommée.

Séville est une ville qui a connu plusieurs vagues historiques. Les invasions sont diverses, notamment celles des Phéniciens et des Grecs au moment de l’antiquité, ou bien encore la venue des Wisigoth qui a changé la face de Séville au niveau de l’architecture. Puis les musulmans qui ont pris d’assaut la cité pour en faire un lieu complétement différent, capable de s’adapter à toute forme de culture. Il s’agit d’une vraie mosaïque ethnique et Séville en est le théâtre directe.

la seville musulmane

L’urbanisme de cette cité vieille de plus de deux mille ans conserve les traces du passage des différents peuples qui l’ont occupée. Son extension sur les deux rives du Guadalquivir s’est faite progressivement, avec une accélération évidente à partir du XXe siècle. Parcs, larges avenues, vastes places entourent un secteur historique immense, qui conserve un habitat local à la personnalité marquée. Six ponts sont construits à Séville en 130 ans, entre 1852 et 1980, et six également entre 1988 et 1992, en seulement 5 ans.

Le centre historique constitue le cœur de la ville, c’est lui qui a le plus évolué, et qui a été le plus marqué par le passage du temps. Il se caractérise par une trame urbaine héritée de l’époque médiévale. La plupart des quartiers du centre ont conservé les rues et ruelles escarpées, et de largeur réduite pour préserver du soleil. L’habitat traditionnel y est très resserré et la présence imposante de monuments historiques de tous types et époques influence profondément la morphologie de la ville, qui s’est construite autour d’eux.

Le percement d’avenues et l’aménagement de grandes places aux XIXe et XXe siècles restructurent le centre historique et permet de mieux l’irriguer et d’en faciliter la circulation. Ces chantiers font de Séville une ville moderne, et étendent la surface de la ville, longtemps retenue dans le périmètre de l’ancienne muraille. Malgré ces campagnes de modernisation, le trafic demeure difficile, en raison de la configuration générale du centre, en rues étroites. Une autre caractéristique essentielle de l’urbanisme sévillan est l’existence de nombreux parcs et jardins, et de la présence d’orangers sur la majeure partie des voies publiques. Séville constitue donc encore une magnifique mosaïque urbaine, entourant le patrimoine historique d’un réseau de rues étroites, alternant avec des places aérées et des voies plus larges qui drainent la circulation automobile.

Séville, cité aux mille couleurs

C’est une ville à visiter, pour laquelle il faut y retourner. Pour son climat chaud en été, carrément torride et insurmontable mais aussi pour le bien être qui y règne. La population sévillanne reste chaleureuse et contemplative des ces lieux. Il y réside une forme d’insouciance et de sécurité. En été il s’agit d’un voyage intéressant, les gens sont de sortie, les bars ferment après minuit, personne ne s’ennuie.

La gastronomie se résume à quelques plats chauds, à plusieurs fruits de mer mais aussi à de la soupe froide plus connue sous le nom de salmorejo. Malheureusement ce n’est pas ce que nous avons le plus retenu durant notre séjour. Ce qui reste notamment dans nos mémoires c’est la soif permanente et dévorante dont nous étions victime à cause de l’ambiance palpable et désertique. Un conseil : l’eau sera votre meilleure amie, à moins que vous ne réserviez un budget illimité dédié aux boissons en tout genre pour vous rafraichir.

metropol parasol seville

Quant aux monuments à visiter, il y en a des tonnes. Nous ne savions plus où donner de la tête. Outre la tradition du flamenco, Séville c’est bien plus qu’une déclaration à la fameuse danse espagnole. Il suffit de se pavaner dans les étroites rues qui la constituent pour remarquer combien son passé à été tortueux. Les couleurs, les formes, les odeurs .. tout était un prétexte à visiter. Personnellement, ce que nous retenons principalement c’est en premier lieu la Place d’Espagne, le quartier de Santa Cruz, Metropol Parasol, Torre del Oro, Giralda, le Pont de l’Alamillo etc. Chacun des ces édifices ou places constituent de véritables témoignages au passé de Séville. On y découvre architectures anciennes et pour d’autres de la modernité à tous les niveau.

Quelques astuces pratiques sont à prévoir néanmoins comme faire une balade à cheval et en calèche (environ 50 €) pour découvrir Séville dans sa globalité, un vrai tour de force car il s’agit d’un circuit très peu cher au final. Une véritable alternative lorsque l’on ne sait pas exactement par quel bout commencer. N’oubliez pas non plus le circuit par voie maritime, en plus d’offrir un nouveau point de vue de la ville, le bateau reste abordable (27 €) et vous dépayse le temps de quelques minutes.

balade en caleche à seville

Leave a Response